Les Operating Partners = L’Assurance de votre Croissance avec la crédibilité de l’avoir déjà fait « dans nos propres entreprises »

Hervé Yahi s’est interrogé sur la cession d’entreprise et les meilleures façons de réussir son projet, sans renoncer à sa valorisation. Dans l’article paru sur Chefdentreprise.com le 19 mai 2021, il explique qu’aucune période n’est plus mauvaise qu’une autre pour ce type d’opération. Ce qui détermine sa réussite, au moment de la vente comme à moyen terme, c’est d’avoir structuré l’existant et préparer l’avenir avant de lancer l’opération.

La vente d’une entreprise est toujours motivée par le temps que gagne l’acquéreur à se doter d’éléments clefs (base commerciale installée, économies éventuelles sur de la R&D, fiscalité, chiffre d’affaires consolidé…). IL faut donc ne laisser aucune place à l’aléa d’une cession non planifiée.

Hervé recommande donc :

  • d’avoir en tête les paramètres qui vont influencer un repreneur potentiel. En premier lieu, la taille de l’opération (small cap ou pas ?), la part liée à la recherche de nouvelles compétences, celle liée à l’acquisition de composants spécifiques, etc.
  • de formaliser et de quantifier, dans le mémorandum conjoint, – les effets de levier réciproques, les indicateurs de performance, le business plan résultant et consécutivement le pay back de la cession.
  • de porter une attention particulière aux RH : un repreneur s’intéresse beaucoup aux compétences qu’il acquiert via l’opération et à ce qu’elles vont apporter à son entreprise, à la façon dont elles vont potentiellement contribuer à son projet après avoir joué un rôle dans le succès de l’entreprise rachetée.

Une autre piste à explorer est le business staging. Il consiste à préparer et formaliser les composants stratégiques : la proposition de valeur, l’offre et de son évolution, l’approche “sales & marketing”, et l’organisation cible pensée au service de la croissance et de la valorisation. C’est en effet la façon la plus efficace de montrer que le projet est réaliste, réalisable et générateur de valeur – i.e. de chiffres d’affaires et de rentabilité.

Enfin, il ne faut pas oublier que le choix d’un intermédiaire pour assister l’opération est un point critique.

Céder son entreprise est un projet qui demande de la préparation pour que le cédant sorte par le haut.

A lire en intégralité sur Chef d’Entreprise : Pour céder une entreprise, montrez son potentiel