Les Operating Partners = L’Assurance de votre Croissance avec la crédibilité de l’avoir déjà fait « dans nos propres entreprises »

Face à la crise économique, et après plusieurs à osciller entre confinement et déconfinement, les entrepreneurs doivent aujourd’hui préparer des lendemains pour le moins incertains. La tentation de l’attentisme est grande. Or ce serait certainement la pire des options à prendre.

L’attentisme va à l’encontre même de la posture de leadership que doit avoir le chef d’entreprise. Or il ne peut pas attendre de savoir ce que le Président de la République ou ses ministres vont faire pour avancer. Comme un capitaine de navire, il doit avancer pour atteindre le cap qu’il s’est fixé, éventuellement avec quelques pivots à faire entretemps.

L’attentisme est aussi source de risques : se faire dépasser par un concurrent plus audacieux que lui, ou même se retrouver dans une posture de cessation de paiement, puis dépôt de bilan, puis liquidation, puis licenciements …

Au contraire : le chef d’entreprise doit se méfier de tout attentisme. Il n’a de leçons à recevoir de personne pour ce qui est de la conduite de sa PME. D’autant que personne ne sait rien de ce qu’il va réellement advenir, même ceux qui avancent des prévisions.

Son intérêt sera d’envisager différentes possibilités de rebond et de bâtir des plans pour chacune d’elles. Comme l’a fait la France lors des attentats terroristes : c’est notamment ce qui lui a permis d’orchestrer très rapidement des évacuations de malades du Covid-19 d’une région à l’autre en TGV.

Pour anticiper, le chef d’entreprise gagnera à en se connecter aux autres (entrepreneurs, operating partners, mentors, etc.), à échanger sur les solutions existantes, à s’informer sur les options financières et juridiques, à monter des partenariats, à intégrer ses équipes au projet commun futur commun dès leur retour du chômage partiel, etc. S’il ne sera pas toujours possible de respecter les plans à la lettre, le fait de s’être organisé pour pouvoir les exécuter lui donnera une longueur d’avance et surtout lui permettra de se relever de la crise.

Un chose est sûre : les économies seront touchées par la récession et l’augmentation du chômage ; les entreprises devront gérer un ralentissement de leur carnet de commandes, des retards de paiement, etc. En aucun cas, l’attentisme ne sera d’un grand secours, au contraire !

Pour lire l’article, rendez-vous sur Forbes : L’attentisme, pire ennemi du chef d’entreprise face à la crise