Dans une tribune publiée le 21/02/2019 par Chefdentreprise.com, Isabelle Saladin insiste sur l’importance de « mettre son entreprise en condition d’acquisition » pour que ce projet atteigne les résultats visés.

La croissance externe est indéniablement un levier de performance, avec des surperformances constatées de +5% sur un an, et même 16% sur 5 ans pour les entreprises (cf. étude Societex de 2018). Or 50% voire 70% des opérations lancées et conclues échouent. Parmi les causes : l’absence de préparation de l’entreprise qui rachète.

Les attentes et aspirations des 2 sociétés qui se rapprochent sont complètement différentes. Ne pas en tenir compte risque de créer un collectif à deux vitesses. On oublie trop souvent que racheter une entreprise n’est pas une simple opération financière et juridique. Pour que le projet réussisse, il faut avant tout que l’entrepreneur agisse en businessman et en manager afin de créer de la valeur mesurable pour l’ensemble des équipes.

-> Retrouvez l’article en intégralité : Acquisition d’entreprise – éviter de créer un collectif à deux vitesses